Archives mensuelles : janvier 2013

Les poux

Le pou : un parasite

– Trois types de poux

* Pediculis capitis ou pou de la tête, le seul en cause chez l’enfant ;
* Pediculis corporis ou pou du corps ;
* Pediculis pubis ou pou du pubis

Dans le cas présent on ne s’intéressera qu’au pou de tête, le seul en cause chez l’enfant.

Le poux de tête

Le poux de tête

Le pou de tête

Parasite cosmopolite de 2 à 4 mm, Vivant sur le cuir chevelu des humains, En recrudescence Le pou marche, il ne vole pas, il ne saute pas, il nage mal.

 Les lentes

Les lentes sont les oeufs des poux se présentent sous la forme de petites vésicules de couleur pâle (beige ou blanc) faciles à voir sur des cheveux foncés, elles ressemblent un peu à des pellicules, elles sont près de la racine du cheveu et sont très difficiles à détacher quand elles sont vivantes.

Le cycle

Le cycle d’un pou comprend 3 stades :

Pediculus capitis
– Lente qui éclot en 7 à 10 jours
– Nymphe qui devient adulte en 2 semaines environ
– Pou adulte avec une durée de vie de 30 à 40 jours

Tous les stades sont hématophages 1 à 2 repas par jour (un repas dure 30 minutes)

Accouplement 10 heures après la dernière mue. La femelle pond environ 10 oeufs par jour pendant 1 mois. (300 lentes par femelle)

 Résistance du pou :

T° optimale de vie: 28-30 °C Résistance des poux adultes : 8 à 10 jours à + 10°C, quelques jours à 0°C, quelques heures à – 20 °C Résistance à la chaleur : l’œuf meurt en 10 minutes à 55°C, humidité: arrêt de la reproduction si l’humidité est supérieure à 85 % mort par immersion dans l’eau douce (en 20 heures), dans l’eau salée (en 48 heures), et dans les huiles par asphyxie (ancienne thérapeutique populaire) Ils ont développé une résistance aux agents actifs (ex : permethrine) des shampooings et traitements généralement utilisés Le phénomène de résistance de ce parasite s’explique facilement à cause du rythme de reproduction et de son exceptionnelle capacité d’adaptation à leur environnement.

 La Pédiculose

La pédiculose désigne une infestation par des poux. Durée de la contagiosité : tant que sont présents lentes et /ou poux vivants Chez un enfant normal et en santé, l’infestation se manifeste par la présence de moins de vingt poux vivants. Contrairement aux poux de corps, les poux de tête ne transmettent aucune maladie, la seule complication peut être une surinfection due à des lésions de grattage et l’apparition d’un impétigo. La contamination est directe (contact de chevelure) et/ou indirecte (échange de coiffure, peignes, brosses, chapeau, écharpes, cols de vêtements etc…)

Symptômes   

Une démangeaison peut se produire si l’individu devient sensible aux éléments antigéniques de la salive que les poux injectent en se nourrissant. À la première infestation, il peut falloir de quatre à six semaines pour que la sensibilisation se manifeste. Certains individus peuvent ne jamais ressentir de démangeaisons. Localisation : d’abord derrière les oreilles puis extension vers la nuque et tout le cuir chevelu Des lésions cutanées liées au grattage peuvent apparaître sur le cuir chevelu, les tempes et la nuque.

Mode de transmission       

La pédiculose est extrêmement contagieuse, mais totalement bénigne et pouvant toucher tous les enfants sans exception. Seuls les poux sont contagieux, les lentes, elles restent accrochées dans les cheveux. Les enfants en particulier dans la classe d’âge 5-10 ans, sont très souvent confrontés aux poux du cuir chevelu. Cela n’a rien à voir avec l’hygiène. La transmission des poux se fait très facilement, surtout dans certains milieux où les personnes vivent en contact étroit comme à l’école, à la garderie, dans les camps d’été et autres endroits. Les cheveux d’un enfant atteint qui touchent les cheveux d’un autre est considéré comme un contact direct. La transmission se fait rarement par les peignes, brosses, barrettes, tuques, casquettes, tapis, draps, taies d’oreillers, etc.

Lutte.

Traitement classique Pour se débarrasser des poux, un traitement local doit être utilisé. Il existe des crèmes, shampoings et lotions anti-poux vendus en pharmacie comme pédiculicide ( tue les poux). Ces traitements sont très irritants et peu efficaces dans la mesure où le pou a développé des résistances. D’autre part, ils ne sont pas entièrement ovicides (tue les lentes) et la réinfestation se produit fréquemment.

Traitements connus

(Le nom du(des) principe(s) actif(s) figure entre parenthèses.)

ALTOPOU ( Pipéronyl butoxyde Perméthrine Méthoprène )
APHTIRIA ( Lindane )
CHARLIEU ANTIPOUX ( Pipéronyl butoxyde Perméthrine )
ELENTOL ( Lindane )
HEGOR ANTIPOUX ( Phénothrine )
ITAX ( Phénothrine )
ITEM ANTIPOUX ( Phénothrine )
NIX ( Perméthrine )
PARA PLUS ( Malathion Perméthrine )
PARA SPECIAL POUX ( Dépalléthrine Pipéronyl butoxyde )
PARASIDOSE ( Phénothrine )
PRIODERM ( Malathion )
PYREFLOR ( Pipéronyl butoxyde Perméthrine )
SCABECID ( Lindane )
SPRAY PAX ( Pipéronyl butoxyde Pyrèthre )

Traitement naturel efficace

Seule l’action mécanique reste efficace et sans danger pour éliminer les poux et les lentes. Il faut traiter rapidement et enlever les poux à l’aide d’un peigne fin avant qu’ils ne pondent et effectuer un  » délentage « .

Le traitement CODINA :

Composition :  

-une huile décollement (oléine de karité, huile de ricin, huiles essentielles de lavandin et Bay Saint Thomas)
-un shampoing antipoux ( huile essentielle de lavande)
-lotion répulsive ( Noix de Cajou, huile essentielle de lavande)

Utilisation :

· Appliquer l’huile en massant. Répartir raie par raie et enduire soigneusement tout le cuir chevelu.
· Dans un premier temps déloger les poux et retirer les à l’aide d’un peigne fin (10 à 20 poux en
général)
· Décoller les lentes en les faisant glisser le long du cheveu à l’aide du peigne ( l’huile facilite le décollement)
· Laver abondamment la chevelure avec le shampooing anti-poux Codina (faire deux shampoings).

Ce shampoing n’est pas agressif, l’huile n’est pas éliminée en totalité et permet de prolonger le traitement.

Si l’aspect  » gras  » est gênant utiliser un shampoing traditionnel.
· Appliquer la lotion repulsive Codina pour rétablir le pH du cheveu (contient du vinaigre de cidre) et pour son effet répulsif (contient de l’huile essentielle de lavande)
· Refaire un traitement 7 à 10 jours plus tard.

Cette application est importante car elle empêche l’apparition de nouveaux poux en éliminant les jeunes lentes.

Cette application est nécessaire même si les lentes ou les poux ne sont pas apparents.

· Nettoyage des objets personnels (brosses, peignes, chapeaux, casquettes) par le trempage des objets durant 5 à 10 minutes dans l’eau chaude (65 °C).

Comme dit précédemment, les poux de tête ne vivent pas longtemps loin du cuir chevelu, et les lentes sont peu susceptibles d’éclore à température ambiante.

Par conséquent, il n’est pas nécessaire de procéder à un nettoyage excessif.

· Pour se préserver d’une invasion galopante, toute la famille, ainsi que l’entourage susceptible d’être contaminé, devra être surveillé et, éventuellement, traité.

Le simple fait d’éviter les contacts directs peut limiter leurs propagations.(attacher les cheveux longs)

L’émulsion Codina

Pour faire la différence entre l’émulsion de la cosmétique industrielle et l’émulsion artisanale, prenons deux exemples d’émulsions naturelles que nous cotoyons tous les jours :

– Le lait est une émulsion. On se sert du lait en poudre pour émulsionner les huiles essentielles dans le bain

– Le film hydrolipidique qui protège la peau (mélange de sébum et de sueur) est une émulsion. Emmagasinant les impuretés, nous l’emulsionnons avec du savon et de l’eau pour nettoyer la peau.

 Pourquoi des émulsions en cosmétiques ?

Crème, lait démaquillant, masque, gommage … sont des émulsions. L’émulsion est agréable à appliquer par sa texture et apporte une sensation de confort immédiat (effet nourrissant, effet rafraîchissant…). Une huile est plus difficile à faire pénétrer. On peut d’ailleurs améliorer et accélérer sa pénétration en la frottant dans les mains humides. En réalité, on l’émulsionne par le frottement. En résumé, l’émulsion est plus confortable que l’application des ingrédients actifs « tels quels ».

 Qu’est que c’est qu’une émulsion ?

Une crème hydratante a une composition inspirée de celle du film hydrolipidique. C’est une émulsion constituée d’une phase grasse (comme de l’huile) et d’une phase aqueuse (comme de l’eau).

La phase aqueuse apporte l’eau à la peau. La phase huileuse agit de deux manières.

Tout d’abord, elle facilite l’hydratation en diminuant la deshydratation. Elle forme une couche grasse qui empêche l’eau de s’évaporer de la peau.

Puis, elle nourrit la peau. Pour les personnes habituées au discours de Codina, nous retrouvons dans cette action, les ingrédients de type « soins » comme les vitamines par exemple ou les actifs contenus dans les insaponifiables et ensuite les ingrédients de type « structure » comme les acides gras essentiels (surtout de la famille des omega3) ou certains acides gras qui ne sont pas fabriqués en assez grande quantité comme l’acide gamma linolénique de la famille des omega 6. La crème à la bourrache est riche en acide gamma linolénique.

En résumé, l’émulsion a servi de vecteur.

 Comment reconnaître une émulsion de qualité ?

La richesse d’une émulsion est identifiable par la base des ingrédients choisis.

Eviter bien sur les matières grasses issues de l’industrie pétrolière puisque les huiles minérales sont inertes et n’ont aucun intérêt pour le soin de la peau.

La peau n’a aucune affinité avec les composants de synthèse qui sont inertes.

Elle les absorbe en tant que toxines alors que les huiles végétales, huiles essentielles et extraits de plantes sont des végétaux actifs, assimilables par notre peau dans le but de stimuler la vie cellulaire, et de la régénérer.

Le réflexe actuel est de tester la consistance et l’odeur. Il doit venir dans un deuxième temps, après avoir vérifier la qualité des ingrédients.

Enfin, l’utilisateur doit pouvoir comprendre la méthode utilisé par le laboratoire pour émulsionner l’ensemble des ingrédients.

En résumé, tout ce qui est incompréhensible dans la liste des ingrédients de l’étiquette, risque de ne pas être assimilable par le corps.

Les ingrédients de base choisis par CODINA selon l’application

La phase aqueuse : eau déminéralisée ou distillats de plantes (eau de rose, de fleur d’oranger, tilleul, sauge, romarin …)

La phase huileuse : huiles végétales 20 % à 50% (jojoba, argan, bourrache, karité, noix du Brésil …) et huiles essentielles 1% à 2% (géranium rosat, eucalyptus, citron, basilic …)

Des émulsionnants naturels : la cire brute d’abeille (5%), le borax (1%) sel minéral naturel, et la gomme adragante, gomme végétale naturelle.

Les émulsions CODINA :

Des émulsions naturelles  » fraiches  » 100 % actives

Pas d’humectant ou hydratant,

Pas d’hydrocarbure ni d’ester et d’alcool gras

Pas de conservateur ni d’antioxydant : des produits  » frais  » à consommer dans les 6 mois.

En résumé, chez Codina : la garantie d’une formulation avec une liste très courte d’ingrédients, tous actifs d’origine végétale, le tour de main « maison » avec les émulsionnants naturels.. et surtout rien d’autre. C’est cela la « nouvelle cosmétique ».